Aménagement du Front de mer de Fouras

diagramme exe

Situation: Ville de Fouras-les-bains (17)
M.Ouvrage : Ville de Fouras-les-bains (17)
M.Oeuvre : Landescape (mandataire), A2I.
Phase : M.Oeuvre complète.
Surface : 2 ha
Année: Livraison 2010
Coût: 720 000€ HT

Nature de la commande

Maîtrise d’oeuvre complète pour l’aménagement du front de mer de la plage Sud de Fouras-les bains.

Déroulement :

65% paysage

La ville de Fouras-les-bains a souhaité réaménager son front de mer urbain afin d’améliorer le confort des promeneurs et de favoriser les déplacements depuis la ville vers le bord de mer. Dans un premier temps, une réflexion sur les sens de circulation et les différents modes de déplacements existants à l’échelle de la ville à été menée. L’objectif était d’obtenir en préalable l’emprise nécessaire pour répondre convenablement à la problématique posée. En définitive, le passage d’un double sens en sens unique, sur l’axe le plus étroit du site à contribué à remplir cette condition. Les éléments suivants ont été mis en oeuvre pour requalifier ce front de mer :
– continuité piétonne en bord de mer de 4 m de large avec assises
– élaboration d’un plan lumière sur l’ensemble du front de mer valorisant les espaces urbains tout en limitant les pollutions visuelles
– gestion des eaux pluviales par des tranchées d’infiltrations et par bassin ou massif de traitement par phytoremédiation . Le but étant de remplacer les avaloirs et les réseaux enterrés qui acheminaient l’ensemble des eaux pluviales urbaines directement sur la plage.
– plantations d’essences littorales dites « sauvages » (non horticoles) avec une signalétique botanique au sol (pochoirs) L’autre problématique qui n’apparaissait pas dans la commande était la capacité de résorber ou non les problèmes de pollutions des eaux pluviales arrivants sur la plage et par effets de conséquence des eaux de baignades. En effet il apparaissait incohérent de requalifier le front de mer si la plage était susceptible d’être fermée pour cause de pollution comme cela était régulièrement le cas.

25% R&D

La prise en compte de l’échelle du bassin versant a donc été nécessaire pour résorber les sources de ces disfonctionnements. Des préconisations à court, moyen et longs termes ont été proposées à la maîtrise d’ouvrage pour garantir une bonne qualité des eaux. A court terme: repérage des branchements (EU et EP) non conformes sur le réseau séparatif /
création d’un bassin de filtration (pédagogique) sur l’emprise du front de mer pour traiter les eaux pluviales à l’aval du bassin versant et avant rejet en mer.
A moyen terme : Proposer des alternatives aux désherbants et aux produits phytosanitaires utilisés par les habitants, les gestionnaires de voiries et les services techniques. Créer des espaces tampons dès l’amont du bassin versant.
A long terme : réduire les surfaces imperméables par des stratégies urbaines réglementaires (PLU) / remettre en aérien le « chemin de l’eau » pour d’une part, le rendre visible et d’autre part, créer un support de continuité biologiques entre les écosystèmes agricoles, périurbains, urbains et littoraux.

15% Médiation culturelle

Afin que ces processus puissent êtres partagés par un large public, plusieurs dispositifs d’accompagnements culturels du projet ont été mise en oeuvre :
– ateliers de concertation sur le repérage des problématiques
– visites publiques du chantier.
– herborisations et plantations avec des groupes scolaires de la ville de Fouras.
– mise en place d’un observatoire photographique retraçant l’évolution du site.